ELEM NT RÉALISE UN REPORTAGE VIDÉO SUR LES BIOTOPES DU XXIe SIÈCLE

the-origin-of-spaces-1

C’est dans le cadre du projet européen L’Origine des espaces, The Origin Of Spaces, que l’agence de communication ELEM NT a été approchée afin de couvrir un reportage vidéo à travers 4 destinations, 4 écosystèmes : Pula en Croatie, Bilbao en Espagne, Lisbonne au Portugal et Bordeaux en France sur le site de l’Écosystème Darwin.


Biotope (nom masculin) : Milieu défini par des carastéristiques stables et abritant une communauté d’êtes vivants. Le biotope et sa biocénose constituent un écosystème.


Il y a trois ans, ces 4 sites se sont regroupés à travers le projet européen Origin Of Spaces afin de créer un site Internet commun, une « TOOLBOX« , une boîte à outils à l’usage de ceux qui souhaitent en savoir plus sur ces nouvelles formes d’espaces qui s’implantent ici et là à travers le monde, mais qui est avant tout destinée à ceux qui voudraient créer d’autres écosystèmes et souhaiteraient apprendre de ceux qui existent déjà.


ROJC Pula (Croatie)


DARWIN Bordeaux (France)


LX FACTORY Lisboa (Portugal)


ZAWP Bilbao (Espagne)

Ces biotopes du XXIe siècle

À ce jour, chaque ville possède son savoir-faire, a su initier et développer ses propres questionnements, poser son propre regard, en tout cas démarrer sa propre histoire que les autres n’ont pas. La ville de Lisbonne pose un regard singulier sur les différentes formes possibles d’espaces de coworking, la ville de Pula a une forte expérience sur les façons de faire participer la ville autour d’initiatives communes, Bordeaux, à travers le projet Darwin, impulse une dynamique sur les questions de transition écologique, la ville de Londres, pour sa part, expérimente l’entrepreneuriat social ; quant à la ville de Bilbao, elle entreprend plus localement de tisser du lien avec des actions de quartier.

Plongée plusieurs jours dans ces écosystèmes, l’agence de communication bordelaise ELEM NT a été « missionnée » pour réaliser 4 reportages afin de raconter, en images, la vie qui s’organise autour des ces nouveaux pôles de compétence.

L’essentiel de ces nouveaux environnements, ces biotopes du XXIe siècle qui développent leurs propres réseaux d’échanges, seront concentrés dans 20 minutes de reportage à paraitre prochainement lors de la mise en ligne du site.

Le concept vidéo initié par l’agence de communication ELEM NT, elle-même locataire depuis 2013 sur l’Écosystème DARWIN qu’elle connaît parfaitement, a été d’installer un concept commun pour les 5 destinations.

UN CONCEPT COMMUN AUX CINQ DESTINATIONS

img_5930

Chaque vidéo, sur ces 5 sites que sont  Lisbonne, Londres, Bilbao, Pula et Bordeaux, démarrera à un endroit précis. Cet endroit précis sera celui où il semblera que le panorama qu’il offre, ouvre le mieux sur la singularité du lieu. À partir de cet endroit, la caméra déambulera sans interruption pour aller à la rencontre de chacune des personnes interviewées qui nous attendra dans un endroit atypique, et nous ferons rencontrer leur lieu et ceux qui y travaillent, qui le traversent.

Le concept autour de cette déambulation permet d’envisager rapidement la géographie du lieu, comprendre comment il est fait, comprendre de quoi il est fait, avant de comprendre ce qu’on y fait.

BORDEAUXRéinventer la ville

Le tournage sur l’Écosystème de Darwinconsisté à mettre en avant la démarche initiée par la société  Évolution, propriétaire du lieu, sur ses nombreux questionnements en termes de transition écologique.

Comment travailler ensemble, comment répondre ensemble à des problématiques communes, que faisons-nous de nos déchets, que mangeons-nous, où allons-nous chercher notre nourriture, quels matériaux devons-nous employer, qu’est-ce que nous devons inéluctablement jeter , comment réussir ensemble à répondre aux multiples enjeux qui concernent notre climat, comment organisons-nous nos déplacements…?

Le temps de ce reportage, nous avons eu le privilège, accompagnés d’Eric Trouilh, de visiter presque chaque recoin de l’Écosystème, nous sommes remontés dans le temps en traversant des salles entières où sont entreposés tous les objets qui ont pu servir lors de tant de manifestations, de festivals, et qui attendent à nouveau d’être réutilisés, réinventés, re-amalgamés. Tout cela sera rendu visible en images, en exemples, en interviews. Nous avons tenté de faire la lumière sur ce site devenu un nom, un lieu, Darwin, où il fait bon se promener, mais où, avant tout, il fait bon travailler…

BILBAO / Symbole de résistance

Le tournage sur l’Écosystème ZAWP s’est déroulé le temps d’un week-end. Zawp est encastré dans un univers post-industriel en plein centre de Bilbao, à quelques centaines de mètres du Stade Olympique et du Guggenheim, au beau milieu d’édifices, de bâtiments attendant d’être détruits et réinvestis.

Zawp est encastré au milieu d’autres bâtiments baptisés par les habitants « les anciens bâtiments », le long du Ria, un affluent qui traverse la ville. Un très étroit trottoir sépare les petits commerces où les locaux aiment se retrouver, et la rive d’en face qui s’élève sur une dénivellation d’une centaine de mètres où, s’y l’on prend bien la peine de regarder attentivement, on s’aperçoit que d’immenses visages ont été peints sur les murs de soutènement de l’autoroute et observent la ville.

Zawp est un endroit simple, un endroit d’échange à multiples visages.

Dans la semaine, c’est un espace de coworking où n’importe qui peut venir s’installer pour travailler dans des endroits hybrides. Un combi VW a été transformé en networking, un espace restreint mais confiné pour réseauter, pour refaire le monde, pour faire connaissance, pour trouver des solutions à trois ou quatre, sur quoi que ce soit. Zawp peut recevoir des personnes en itinérance qui souhaitent y résider quelques nuits en proposant des containers multicolores reconvertis en chambres, en bureaux ou en cuisines.

Le week-end, c’est un espace de vie où de nombreuses manifestations ont lieu. Zawp se transforme alors en espace atelier pour les enfants, en salle de concert, en vide-grenier, en brocante, en espace de création, en convention du disque, en espace d’expression. Nous avons d’ailleurs acheté un badge rouge réalisé dans une capsule de Coca-Cola pliée, trouée, déformée, et qui représente un petit crâne humain, symbole de résistance, symbole d’adaptation.

L’agence ELEM NT a été reçue tôt le premier matin par Tania, Ziortza et Ruth autour d’un Caldo, une soupe locale au vin blanc et tabasco. Nous avons parcouru les rues fantômes des friches locales, posé notre Canon dans ces espaces post-industriels, écouté le silence absolu de ces zones de chaos qui attendent au pire le béton, de nouveaux matériaux, au mieux, une vision du XXIe siècle.

img_5789

LISBONNE / Zone post-industrielle branchée

Le tournage numéro 3 s’est déroulé sur l’Écosystème LX FACTORY, à Lisbonne. L’entrée de LX Factory nous accueille sous une multitude de points luminescents qui forment les lettres LX FACTORY. À cet instant précis, nous ne savons pas si nous sommes considérés, à l’instar des autres visiteurs, comme une star potentielle, une star avérée, en devenir, si notre passage ici-même changera à jamais votre vie, ou bien si la seule star est le lieu et que notre présence n’y changera rien !

LX Factory, c’est une friche industrielle habilement et artistiquement bien réhabilitée. LX Factory, c’est une rue qui tourne sur elle-même, une ville dans la ville où vous pouvez interminablement ne jamais croiser une seule personne du quartier. LX Factory pourrait presque ressembler à un dessin d’Esher, LX Factory est à elle seule… un quartier. On y travaille, on y crée, on y expérimente, on y mange, on y boit, on y danse, on s’y détend, on s’y promène, on y dort, on s’y donne rendez-vous, on s’y rencontre aussi pour la première fois, on invente…

Faussement abandonnée au centre de Lisbonne, Lx Factory est une sorte d’usine culturelle, une zone post-industrielle branchée où de nombreuses sociétés du domaine de l’art, de la communication, du digital ou de la mode, depuis 7 années, font revivre tout un quartier. Au fil des années, celui-ci a fini par accepter sa condition d’abandon dans l’ombre de l’immense pont métallique « 25 Avril » qui l’enjambe et le surplombe.

Lorsque vous rentrez dans un bâtiment, un monte-charge vous permet, tel une marchandise de 65 kg, de monter successivement dans l’un des quatre étages. Vous arrivez au bord de couloirs gigantesques où les traces mécaniques, les machines industrielles elles-mêmes ayant traversé les deux derniers siècles sont posées à même le sol dans leur étrangeté, dans leur masse vert d’eau, rappelant qu’ici une ancienne compagnie de filature a existé, une usine de sucre puis une imprimerie se sont succédées, ont chacune marqué leur temps, les gens.

img_6137

ELEM NT a eu le privilège de dormir dans l’inaccessible DORM, deux chambres nommées la Reading Room et la Music Room, au 3 ème étage d’un petit bâtiment à l’entrée de la Factory et qui surplombe la rue principale.

Nous avons été chaleureusement accueillis et accompagnés par Fernando et Ana, les coordinateurs de l’espace de CoworkLisboa, et Filipa, coordinatrice de projet chez Mainside, et avons découvert des espaces insoupçonnés nichés dans les hauteurs du lieu offrant des panoramas uniques sur le Tage.

img_6058

LX Factory, au-delà de son aspect festif, est avant-tout un laboratoire qui expérimente toutes les façons d’envisager l’espace de travail partagé. Dans l’univers du textile, lorsque l’on parle de graduation, on envisage alors un modèle de jean sous différentes tailles, XS jusqu’à XXL. On pourrait presque dire que LX Factory expérimente à sa façon la graduation en prenant comme unité le « mètre ». Au sein de ce bâtiment Est, plusieurs formats d’espaces coexistent les uns à côté des autres. De l’entreprise d’une dizaine de salariés travaillant presque secrètement dans son univers très design aux micro-entreprises ayant investi ce qui, jadis, avait été des bureaux administratifs au milieu d’autres construits spécialement pour les besoins précis de leur propriétaire.

img_6143

Fernando nous explique que ces espaces de coworking chez LX Factory sont des structures ouvertes, démontables, presque déconstruites au fur et à mesure des besoins de leurs futurs occupants. On y croise des espaces plus restreints pour des porteurs de projet qui ont pour seul dossier, seul meuble, seul ouvrage de référence, un Macintosh portable. Et puis, vous avez de longues tables noires au-dessus desquelles se suspendent des connectiques Internet, prêtes à recevoir un entrepreneur mondial nomade.

Vous pourriez être à New York, à Berlin, à Londres, Paris ou Amsterdam, vous êtes à Lisbonne, et vous êtes déjà demain.

img_6144

Stephan (Agence Elem nt) – Filipa (Mainside) – Fernando (coworking LX Factory) chez Wish LX Factory

PULA / Mobiliser la population

Le dernier tournage de l’agence ELEM NT s’est déroulé sur l’Écosystème ROJC, à Pula. Rojc, c’est d’abord un bâtiment. Imposant. Qui se voit de loin. Devant lui, se déploie ce qui, avant, a pu être une place ou bien un parc. Maintenant, c’est un immense parking. L’étrangeté est qu’une multitude de voitures, tôt le matin, envahit l’espace, et que nous pouvons nous attendre, en rentrant dans le bâtiment, à croiser une multitude de gens…

Il n’en est rien.

img_6348
(Stephan Pluchet, Agence Elem nt, à l’entrée de Rojc)

Le parking, en fait,  permet à tous les gens qui travaillent aux alentours dans le quartier de facilement se garer. Parmi eux, peut-être 1/10 franchit les larges marches du Rojc chaque matin, passe devant l’ancien poste de gardiennage, se retrouve à la croisée d’un immense couloir à gauche, d’un immense couloir à droite, qu’il empruntera.

img_6342

(Vincent Marsaud – Irena Burba – Vjeran Juhas sur les toits de Rojc)

Au cours d’une journée entière comme celle que nous avons passée à l’intérieur du Rojc, vous pouvez ne jamais croiser personne.

Alors, Rojc, c’est quoi ?

Rojc est, à l’origine, une ancienne école militaire devenue une caserne jusqu’en 1991, puis, l’espace fut occupé par des réfugiés à la fin des conflits dans les territoires de l’ancienne République fédérative socialiste de Yougoslavie jusqu’en 1999.

L’imposant bâtiment comporte 5 étages et il est possible d’atteindre chaque niveau par d’innombrables escaliers. Sans doute la structure a t-elle été pensée de cette façon afin de désengorger les sorties compte tenu du nombre de résidents qu’elle pouvait contenir à l’époque. La structure du bâtiment Rojc ressemble à la structure de sites Internet que vous avez sans doute déjà vue sur le Web, à savoir  une page d’accueil qui vous offre plusieurs accès pour, en fin de compte, arriver au même endroit.

img_6350

(Stephan Pluchet / Agence de communication Elem nt / Dans un couloir du Rojc)

Ce qui, dans une époque pas si lointaine, était encore des salles de cours ou des dortoirs, est maintenant constitué d’espaces pour des utilisations permettant de mobiliser la population autour de différents événements culturels, artistiques ou sportifs, gérés par diverses associations.

UNE MULTITUDE DE COULOIRS SANS FIN

Lorsque vous arrivez à l’intérieur de Rojc, vous faites en permanence face à une multitude de couloirs sans fin. Vous ne croisez jamais grand monde, mais ce serait complètement se méprendre sur un éventuel désintérêt de la population locale pour un tel lieu, bien au contraire.

img_6351

Ce que nous ne percevons pas à première vue, c’est que derrière presque chaque porte du premier au quatrième étage, à savoir derrière près de 160 portes, se cachent des cours de danse, de hip-hop, des cours de gymnastique, des séances de yoga, des cours de violon, des salles de répétitions pour les groupes punk du coin, des salles d’expositions d’art contemporain, des ateliers de poterie, des espaces d’expression pour les enfants, des ateliers professionnels en tout genre ; celui à qui nous avons rendu visite avait réalisé, il y a quelques semaines, l’illumination du port industriel de Pula.

img_6345

« TOUT CELA NE SEMBLE JAMAIS AVOIR EXISTÉ »

Vous êtes alors plongé tour à tour dans des pièces de 40 moù la vie bat son plein, où la décoration des murs au plafond est à chaque fois singulière, où l’on bat des pieds, des mains, on bat la mesure, où l’on crie, où l’on s’exprime, où l’on médite au milieu des effluves de bois de Santal et, dés que vous refermez chaque porte, tout cela semble ne jamais avoir existé. Vous vous retrouvez seul, au milieu du couloir, sans vous rappeler si vous êtes arrivé à droite ou à gauche, et cela peut avoir  son importance…

img_6353

(Une oeuvre peinte sur la totalité des 4 murs de l’entrée d’un couloir du Rojc)

Au sein du Rojc, 100 % des surfaces qui couvrent les plafonds, les murs, les sols, les marches, les contremarches ont été investis. Ici, on n’utilisera plus les termes de graffeurs, de squatteurs géniaux, d’artistes vagabonds, de délinquants poétiques, mais d’artistes, tout simplement.

Lorsque vous ressortez du Rojc, vous vous demandez si ce que vous venez de découvrir n’est pas, ni plus ni moins que la meilleure exposition d’art contemporain qu’il vous ait été donné de voir… depuis des années…

Sauvons l’humanité des réalisations moyennes.

Stephan Pluchet / Directeur associé Agence de communication Elem nt

Si vous souhaitez être accompagné dans vos démarches de communication physiques et digitales, n’hésitez pas à nous contacter.

element@agenceelement.com / Tél.: 0616820960

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s