Il y a des projets graphiques qui ne démarrent pas nécessairement d’une page blanche. Ce fut le cas pour ce projet culturel 2016-2107 de la ville de Bègles.

Depuis 3 ans, le service culturel s’est imposé un concept visuel pour installer ses communications de saisons. Une ampoule.

Une ampoule comme seul élément pour affirmer son positionnement d’une culture qui rayonne à 360°. La contrainte qui était alors imposée jusque-là aux créatifs était d’imaginer l’intérieur de cette  ampoule.

Au mois de juin, lorsqu’elle a pris connaissance qu’elle avait été choisie pour réaliser la communication 2016/2017 de cette saison culturelle, l’agence ELEM NT a alors proposé, tout en conservant le concept de l’ampoule, de l’emmener dans un autre contexte. Ne pas nécessairement figer cet objet et en faire la seule attraction visuelle.

Impression

Alors que nous étions invités par Sophie et Philippe dans les locaux de leur service afin de prendre connaissance de la programmation qui allait être déployée, nous avions noté un mot qui avait été lâché lors de cette conversation. Le mot plume. Entre autres choses, cette notion de plumes et de poils semblait aussi être ce fil conducteur invisible qui pouvait relier certains spectacles, pourtant bien différents, entre eux .

Immédiatement, dans ce bureau au 1er  étage de cette maison à Bègles, nous avons eu cette idée presque à l’identique de la façon dont nous allions la traiter un mois plus tard.

Une boîte d’œufs, ouverte, dans laquelle les œufs ont été remplacés par des petites ampoules dont une est brisée pour donner naissance à …

Impression

L’effet storytelling est de courte durée, à peine le temps de retourner l’agenda pour découvrir ce qui a bien pu sortir de cette ampoule. Un poussin rose, un poussin presque en plume de soirée, un poussin punk, un gallinacé saltimbanque qui pose fièrement comme on pose fièrement devant un monument en vacances. Ce poussin deviendrait presque la mascotte officielle de la saison.

img_3870

Une attention a été apportée sur la couverture du support qui rajoute encore un peu plus de vraisemblance au visuel, les ampoules et les morceaux de verres ont subi un vernis brillant sélectif. À  la lumière, tous ces morceaux de verre brillent et donnent un aspect éclatant à l’agenda.

img_3864

Pour la mise en page de l’agenda, l’agence Elem nt souhaitait mettre en avant le délicat travail photographique opéré par le service culturel lui-même et les photographes liés aux événements. Cela se traduit par une mise en page aérée, structurée, de façon à ce que d’une part, l’œil ne cherche pas constamment l’information et d’autre part, que cette même information ne se heurte pas aux visuels d’une page à l’autre .

img_3868

L’agenda culturel de la ville de Bègles réalisé par l’agence ELEM NT existe en deux formats : un format 21×21 qui regroupe la totalité des informations et un format de poche qui donne les informations essentielles.

img_3879

(Selfie au Darwin Écosystème Bordeaux / Stephan Pluchet – Art director

Agence de création ELEM NT)

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

Notre choix, à l’instant précis où il a été pensé a été instinctif. Nous souhaitions de toute façon nous orienter vers un parti-pris singulier, décalé et esthétique, nous souhaitons que la force de ce visuel de communication culturelle puisse agréger des valeurs qui semblent être importantes au moment même ou les spectateurs décideront de prendre ce guide, quelque chose qui semble nous amener tous inéluctablement vers la culture.

GABARIT DE COUVERTURE recto

Si cette notion de culture est importante, de quoi est-elle faite ? qu’avons nous envie de percevoir ? quelle est cette promesse qu’un simple visuel de couverture ou d’affiche nous font et que nous espérons retrouver lorsque nous découvrirons l’intégrale d’une saison ?

A cette question nous pensons que beaucoup de valeurs s’entremêlent, mais si nous devions les résumer simplement, nous attendons sûrement qu’une saison culturelle soit faite pour nous divertir, qu’elle brasse l’actualité, brasse l’histoire, brasse les codes, les genres, les générations, les dialogues, les points de vue, pour devenir une attente sans doute pluri-culturelle.

Nous insistons aussi beaucoup auprès de nos clients pour leur dire que la première des choses en matière de communication est d’être visible, puis d’être lisible. Il ne sert à rien d’avoir une offre lisible, adaptée, soignée, si au tout départ elle ne se rend pas visible auprès de ses cibles.

img_3731

(Stephan & Vincent de l’agence de création ELEM NT, au sein du Darwin Ecosystème à Bordeaux devant leur affiche culturelle de la saison 2016/17 de l’Entrepôt du Haillan)

Nous avons aussi souhaité poursuivre l’élan initié lors de la saison précédente où l’on apercevait un visage féminin extrait d’une bande dessinée américaine des années 50’ devenue symbole du courant Pop Art mené par l’artiste Roy Lichtenstein.

L’idée était de continuer d’aller puiser dans l’histoire, un instant, un morceau, que nous ramènerions pour le re-contextualiser dans notre temps. L’agence Elem nt pense que la communication de l’Entrepôt à travers ses saisons culturelles à venir doit dès le départ entreprendre un positionnement singulier, caractériser un territoire graphique et conceptuel qui lui est propre. Nous pensons, que d’une saison sur l’autre, il n’est pas nécessaire de changer du tout au tout sous prétexte d’épouser toutes les créations, toutes les modernités, tous les aspects contemporains. Le plus important est de créer un univers propre.

L’approche conceptuelle que l’agence ELEM NT a imaginé, est donc d’explorer un univers visuel qui s’est passé dans l’histoire et qui le distingue car faisant partie de l’imagerie collective, d’un courant fort.

img_3740

(Couverture du guide culturel de l’Entrepôt du Haillan – 20×20)

A l’occasion de cette saison 2 de l’Entrepôt du Haillan, un visuel de peinture flamande tiré du XVIII ème siècle du temps du siècle dit « des lumières », a été utilisé comme base pour notre projet. Il représente une famille rassemblée, dont l’une des deux personnes joue d’un instrument de musique. Ce visuel est re-dessiné au stylo Bic, des adjonctions hors temps sont rajoutés afin de faire naitre sur celui-ci d’autres histoires décalées, fantasmagoriques, baroques, comme celles qui peuvent nous être présentées aux théâtre, au cinéma.

img_6597

(Affichage 4×3 ville du Haillan)

Ces dessins réalisés au stylo bic, nous rappellent aussi, que nous avons tous un jour ou l’autre dessiné sur des photographies, des couvertures de magazines laissant libre court à notre imagination et que l’imagination est ce fer de lance porté par l’Entrepôt du Haillan à travers les différentes scène artistiques qui jalonneront les années 2016 et 2017.

img_3774

(Stephan & Vincent au sein du Darwin Ecosystème à Bordeaux découvrant le guide culturel de l’Entrepôt du Haillan)

A travers cet acte graphique, ce que nous essayons de dire, c’est que cette notion de culture est partout et aussi et surtout dans notre histoire, dans ce que les autres en ont fait, dans ce que nous avons découvert, appris d’elle et renouvelé, inventé à notre façon et dans ce temps qui est le nôtre.

img_6593

(Affichage ville du Haillan)

http://lentrepot-lehaillan.com

Sauvons l’humanité des réalisations moyennes / Agence ELEM NT

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

Après avoir signé, il y a quelques semaines, la communication de la saison culturelle 2016-2017 de l’Entrepôt au Haillan, c’est avec enthousiasme que nous avons appris que nous avions aussi été retenus pour celle de la ville de Bègles. Notre mois de juillet est donc ultramégaculturel !

La ville de Bègles, depuis 3 saisons déjà, installe un fil conducteur comme visuel d’appel de sa saison culturelle, UNE AMPOULE ! Accompagnée de l’accroche « la Culture à 360° » ! Une façon de faire savoir la pluralité de leur programme d’une saison sur l’autre.

C’est donc avec cette contrainte-là de l’ampoule que nous sommes partis à la recherche d’une nouvelle idée et d’un nouveau territoire graphique.

Lors de la saison 2014-2015, le visuel montrait une ampoule photographiée de face avec 3 poissons rouges à l’intérieur ; lors de la saison 2015-2016, le visuel montrait toujours cette même ampoule photographiée de face, mais avec le mot DREAM éclairé comme filament.

p1Capture d’écran 2016-07-26 à 17.42.14

Cette année, l’agence ELEM NT a recommandé au service communication de la ville de Bègles de ne pas poursuivre une saison de plus avec cette utilisation similaire de l’ampoule, mais de nous permettre d’innover sur la façon dont on pourrait la mettre en scène, la mettre en situation, lui offrir une nouvelle histoire graphique !

begles

Il se trouve que plusieurs des spectacles présentés lors de cette saison utilisent des poils ou des plumes : nous avons donc orienté notre création en utilisant cette nouvelle contrainte-là.

2 supports créés par l’agence Elem nt verront ainsi le jour fin août : un guide culturel  carré grand format de 80 pages ainsi qu’un format de poche de 76 pages.

Une vaste campagne d’affichage est réservée sur les derniers mois de 2016 et les 6 premiers de 2017. Un plan média important sera visible en presse régionale et les spectacles les plus importants du programme seront soutenus par une série de cartes postales.

IMG_2302

Stephan Agence Elem nt – Céline, Sophie et Hélène du service communication de la ville de Bègles- photographie Vincent Agence Elem nt

L’agence Elem nt a eu le plaisir de préparer, en compagnie de Sophie, Hélène, Céline et Philippe du service communication de la ville de Bègles, ce vaste chantier graphique de 156 pages cumulées.

À l’occasion de notre seconde rencontre, nous nous sommes retrouvés pour déjeuner confortablement dans les canapés vintage du Magasin Général de l’Écosystème Darwin.

Évidemment, nous vous présenterons, quand il sera l’heure, notre projet ampoule 2016/2017 !  À suivre…

(Merci à nos amis de C2 Studio pour le prêt de leur matériel photo)

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

L’agence de création ELEM NT vient de remporter l’appel d’offres de la ville du Haillan concernant la réalisation de la communication de la saison culturelle de l’ENTREPÔT. C’est avec un immense plaisir que nous avons appris, courant du mois de juin, que notre proposition créative et le territoire graphique pour lesquels nous avions concouru, ont retenu toute l’attention de la mairie.

logo entrepot

Après plusieurs années de délégation de service public, la ville du Haillan a décidé, l’an passé, de se ré-approprier la salle de l’Entrepôt et de lui donner une dimension singulière.

À commencer par l’identité propre de sa communication grand public qui, depuis 2015, souhaite se démarquer d’autres communications culturelles de la région en jouant la carte du décalage et de l’esthétisme.

2276816_142_12872577_1000x500

Cette communication culturelle de l’Entrepôt entreprise par Elem nt, verra la réalisation d’un guide de 68 pages, d’une série d’affiches de grande envergure et d’autres déclinaisons digitales.

Le guide culturel actuel possède déjà des atouts non négligeables, à commencer par son format, carré, son dos carré collé qui le range plus dans la famille des livres que dans celle des brochures, son papier de création Offset au toucher très agréable et très doux, mais qui permet surtout une lecture très confortable due au fait qu’il n’y a aucun reflet.

agence_element

(Making of / Photo réalisée chez Elem nt lors de nos recherches créatives en réponse à l’appel d’offres…)

Pour honorer cette Saison #2, l’agence de création Elem nt a élaboré un projet plastique en souhaitant mettre de côté les outils PAO. La volonté qui a été la nôtre était de presque retrouver ces étapes, ces instants de création où l’on teste les matériaux, où l’on recommence, où l’on expérimente, où l’on se surprend sans regarder le temps afin d’aboutir à un projet qui semble naître de lui-même, devant nos yeux.

stephan_agence_element

(Making of / Photo réalisée chez Elem nt, au Darwin écosystème à Bordeaux, lors de nos recherches créatives en réponse à l’appel d’offres…)

En fait, nous souhaitions nous mettre dans la même situation que la totalité des artistes qui vont faire cette saison culturelle 2016/2017, à savoir qu’ils vont tous livrer, à leur façon, et dans leur genre respectif, une performance inventive et créative ; il était très important pour l’agence Elem nt que le visuel d’appel de la saison culturelle du Haillan amorce lui aussi cet esprit de lâcher-prise et de création artistique.

VISUEL DE LA SAISON PRÉCÉDENTE #01 (2015/2016)

p1

Nous avons donc souhaité poursuivre l’élan initié en Saison #01, aller chercher dans l’histoire un instant, un morceau que l’on ramènerait pour le re-contextualiser dans notre temps. En effet, l’agence Elem nt pense que la communication de l’Entrepôt, à travers ses saisons culturelles, doit entreprendre un positionnement singulier, caractériser un territoire graphique et conceptuel qui lui est propre. Nous pensons que, d’une saison sur l’autre, il n’est pas nécessairement utile de changer du tout au tout sous prétexte d’épouser toutes les créations, toutes les modernités, tous les aspects contemporains.

Le plus important est de créer un univers qui nous est propre. Ce que nous essayons de dire, c’est que cette notion de culture est partout et aussi et surtout dans notre histoire, dans ce que les autres en ont fait, dans ce que nous avons découvert, appris d’elle et renouvelé, inventé à notre façon dans ce temps qui est le nôtre.

Cette approche conceptuelle que nous avons proposée à Lucie Miailhe, Isabelle Magne, Nicole Savignac, Manuel Corneau et à leur maire Andréa Kiss est, qu’à chaque saison, la communication de l’Entrepôt explore un univers visuel qui s’est passé dans l’histoire et qui le distingue, car faisant partie de l’imagerie collective, d’un courant fort, d’un courant « générationnel ». La Saison #01 est allée chercher l’univers Pop art des années 50’ pour afficher un symbole et une pratique artistique forte (visage tramé). Lors de cette nouvelle saison, l’agence Elem nt propose, pour l’illustrer, d’aller chercher un élément visuel au sein du XVIIIe siècle et, plus précisément, d’utiliser, détourner une œuvre du siècle des lumières.

Nous aurons le plaisir de vous dévoiler le visuel élaboré par l’agence Elem nt dans quelques semaines… patience…(à suivre 😉 )

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

empty-spaces-logo

Chez ELEM NT, en tant qu’agence conseil en communication, nous observons ce qui se fait autour de nous avec acuité, nous posons sans cesse une réflexion sur la qualité des médias qui nous entourent et que les entreprises produisent.

Ces derniers temps, quelque chose est devenu une évidence : la plupart des médias et des supports que nous observons et que nous parcourons, possèdent un habillage quelque peu soigné, sans dire non plus qu’ils soient extrêmement contemporains, non, juste soignés, mais ne possèdent que cela.

Des « www » sur lesquels cliquer mène à des coquilles high-tech complètement vides de fond, vertigineusement vides de sens, un peu à l’image d’une voiture neuve qui posséderait l’électronique embarquée de dernière génération, mais qui n’aurait pas de moteur pour nous transporter. Ce serait quand même la fonction première de cette voiture que de rouler, non ? Ce serait aussi son utilité que celle de nous transporter d’un point à un autre, non ?

Pictures circling around Pacific Islander woman's head
Pictures circling around Pacific Islander woman’s head

À quoi sert donc un média dont le contenu informatif est inexistant, à part faire semblant d’exister…?

Est-ce qu’une entreprise dans la mise en place de sa communication fait semblant d’exister ? Est-ce une posture ? Produit-elle les mêmes outils que ses concurrents directs seulement pour remplir un espace libre dans son plan de comm’ ? Pour toute ces questions, il est peu probable d’imaginer de sa part un acte délibéré et suicidaire. Alors, qu’est-ce qui motive nombre d’entres-elles à posséder une communication pour n’exister que dans l’immobilité ?

immobile

En fait, il faut aller en chercher les raisons non pas uniquement dans ce qui a motivé ces entreprises à ignorer la réflexion, à ce qui a fait qu’elles passent à côté de leur positionnement, qu’elles ne structurent ni ne professionnalisent leur communication ou encore ne bâtissent leur univers de marque ; une des raisons se trouve dans la disponibilité des applications qui permettent de « faire soi-même », le soi-disant SELFMADE, et la façon que ces entreprises ont de les utiliser et surtout de s’en contenter.

Une autre raison réside aussi dans des solutions digitales à bas coût proposées par des prestataires du Web qui laissent à penser aux entreprises que cette économie de production n’aura pas eu d’autre impact que celui d’avoir assaini le financement de leur projet.

Sont alors produites des coquilles Web en parfait état de marche, dans lesquelles s’opère un remplissage aveugle de la part de l’annonceur, exactement comme on remplirait le tambour de sa machine à laver. Le site ne se préoccupe pas de ce que vous êtes censé venir chercher, ne se préoccupe pas de vous guider et, par conséquent, de savoir si vous avez le temps de trouver votre information parmi d’autres, ne se préoccupe pas de l’information très allégée qu’il vous livre, clic après clic, tel un yogourt 0 % et, dans un monologue ininterrompu, ne se préoccupe pas de la pauvreté du contenu qui s’affiche, des images vides de sens qui ne servent qu’à rythmer des colonnes de texte.

disparait

Première conséquence de cela, un mot, pourtant extrêmement essentiel, disparaît dans la façon dont les entreprises souhaitent travailler avec leur Agence Conseil en Communication : le mot « Conseil« , si tant est de penser que le mot « Communication » qui reste a encore du sens s’il n’est plus porté par son expertise conseil. Reste alors le mot « Agence », dans lequel on met l’espoir que l’évocation de son nom et son rayonnement suffiront.

Des entreprises ne font plus appel à l’Agence Conseil en Communication que simplement pour mettre en forme leur communication, l’utiliser pour ses seules capacités à savoir manier rapidement les applications, à générer des effets, des calques. Le reste, elles s’en chargent.

Seconde conséquence, la plus redoutable pour affaiblir sa communication d’entreprise :  ne pas faire appel à une Agence Conseil en Communication. Les mots : agence, conseil et communication, devenus « substituables », sont remplacés par les compétences d’une seule personne à qui on voue la qualité et sa confiance à devenir subitement agence Web et en imaginant que la communication se réglera parce qu’elle aura réalisé quelques outils.

images

Pour comprendre ce nouveau schéma de pensée, comprendre pourquoi on n’accorde plus assez de temps ni d’importance à la réflexion à mener, à l’étude préalable, à cette expertise chère aux agences de communication de savoir démonter une problématique et savoir la solutionner, il faut comprendre la réalité dans laquelle nous vivons, une réalité où l’image est omniprésente, une réalité où l’image remplace tout ; notre mémoire n’a jamais autant enregistré, autant stocké d’images que ces dernières années ; l’image monopolise à elle seule le marché de l’information et face à elle, la pensée a bien du mal à s’imposer.

Après-coup, des entreprises nous sollicitent aujourd’hui afin que nous les aidions à comprendre pourquoi, après avoir accumulé des supports, créé des médias, entrepris de bâtir leur plan de communication seules, cela ne fonctionne pas.  Notre réponse est trop souvent la même, il n’y a pas de communication.

Après-coup, des entreprises nous demandent de les aider à résoudre de nombreuses problématiques telles que faire en sorte que leurs médias soient visités, que le taux de rebond très important de gens qui rentrent et qui ressortent presque immédiatement régresse significativement ; elles pensent qu’en revoyant simplement l’ergonomie de leur site, en corrigeant le parcours d’utilisation, en rendant l’information plus visible qu’elle ne l’est déjà, en intégrant une technologie vue ailleurs, en assouplissant le développement, nous pouvons résoudre leurs problèmes de communication.

Dans 95 % des cas, la mauvaise santé des supports sur lesquels on nous demande de nous pencher est due à une seule chose : l’absence d’intérêt.

Sauvons l’humanité des réalisations moyennes / Stephan Pluchet /Art Director / Agence ELEM NT

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

L’agence de communication ELEM NT revisite 10 années de réalisations graphiques et d’expériences artistiques, toutes réalisées à Bordeaux, installées aux quatre coins de notre ville à des adresses différentes, au 30 Rue Saint James, au 120 Cours de la Somme et, depuis 4 ans, au 87 quai des Queyries au sein du Cluster éco-créatif Darwin où nous sommes magnifiquement installés.

agence element 00

Un peu plus de 100 travaux ont été triés, choisis, préférés à d’autres sur des centaines et des centaines de réalisations que contiennent nos sauvegardes Western Digital depuis dix années.

Un slideshow permet de revisiter simplement et de façon aléatoire nos réalisations graphiques, chacune au service d’une problématique de communication, chacune liée à une attente bien précise ou d’autres sur lesquelles nous étions attendus afin de bousculer l’ordre établi.

agence element 02

Nous n’avons en effet opté pour aucun classement, nous avons jugé que tous ces fichiers avaient tous été assez classés comme cela, assez rangés ou répertoriés dans des dossiers, des sous-dossiers, pour leur offrir enfin… un souffle aléatoire.

agence element 09

C’est donc de cette façon que nous proposons à nos visiteurs de passer d’une stratégie de communication à une identité visuelle, à l’intérieur d’un projet d’édition, à un design d’espace, à un ADN de marque, à un projet d’architecture digitale et ainsi de suite…

agence element 11

Après avoir nous-mêmes survolé toutes nos réalisations de 2007 à aujourd’hui, il se dégage l’impression que notre rapport aux mots, au texte, à la typographie, finalement à la rédaction en général, est ce passage obligé pour en découdre avec une création quelle qu’elle soit.

agence element 06

Patrice Tardif, fondateur du média Ultra-book sur lequel nous avons choisi de déposer notre galerie de projets, nous a fait part de son enthousiasme sur la qualité de nos réalisations en visitant notre site et, à ce titre, nous a fort gentiment proposé de mettre notre décennie artistique à sa une, ainsi que sur la page Facebook d’Ultra-book.

agence element 10

Nous espérons que tous ces travaux de communication vous donneront envie de travailler avec nous, de nous appeler au 0660279167, de nous contacter, de venir nous rendre visite, de nous exposer votre volonté de tout refaire, de tout défaire, de vous réinventer.

Dans tous les cas, l’agence ELEM NT continue à créer de la différentiation, à créer de la valeur afin de vous mettre en exergue.

Sauvons l’humanité des réalisations moyennes / Elem nt 2016

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

Sur ce post-it, s’égouttera lentement le thé jusqu’à former une tache, puis une tête, puis un personnage autour 😉

image1-2

Au sein de l’agence de création ELEM NT, implantée sur le site du Darwin Éco-Système à Bordeaux, lorsque vous êtes reçu, on vous donne le choix entre : prendre un café en choisissant votre arôme Nespresso, ou prendre un thé parmi notre sélection (thé aromatique, thé chinois, thé de Thaïlande, thé vert) ; jusque-là, rien d’anormal.

Lorsque votre thé a terminé de s’infuser, nous mettons à votre disposition non pas une soucoupe pour permettre à votre cuillère à thé de s’égoutter, mais un post-it !

Sur ce post-it, s’égouttera lentement le thé jusqu’à former une « tache », puis une tête, puis un personnage autour !

image3-2

Plusieurs heures après, lorsque celles-ci auront séché, nous viendrons leur donner vie en dessinant dessus, en les personnifiant telles qu’elles se présentent à nous, dans leurs formes singulières, dans leurs façons de se répandre, de s’être « gouttelées », parfois de façon multiple.

image1-1

À ce jour, ces portraits taches de thé peuvent être observés par tous lorsque vous visitez le cluster éco-créatif Darwin ; d’ailleurs, certains ne manquent pas de nous demander la permission de venir les photographier…

Il y a quelques jours, une école est venue visiter les lieux, l’institutrice s’est attardée sur ces taches et nous a dit qu’elle allait faire travailler ses classes sur cette expérience illustrée des taches personnifiées.

image2

En fonction de la nature des thés, les taches prennent une teinte plus ou moins claire ou plus ou moins foncée.

Ça leur donne, dés le départ, un premier trait de caractère qui leur attribuera une physionomie plus ou moins prononcée.

Quelquefois, la tache, en séchant, forme quelques variations plus foncées qui, si elles sont bien disposées, ne demandent que quelques coups de stylo Bic pour que l’ensemble prenne vie.

Après… Nous laissons évidement libre cours à notre imagination, à l’état d’esprit du moment…

Pour les plus pressés de récupérer leur tête tache de thé, l’agence Elem nt peut sortir son séchoir à cheveux et accélérer le processus de séchage afin que vous puissiez repartir avec 1/2 heure après 😉

Ce diaporama nécessite JavaScript.

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167