Projet d'édition réalisé par l'agence de communication bordelaise ELEM NT

Le campus Ynov a demandé à l’Agence de communication à Bordeaux ELEM NT, d’imaginer un prototypage de ce que donnerait la redéfinition de leur territoire de marque, de refondre et de réinventer tous leurs supports de communication habituellement remis aux étudiants, afin de trouver une autre forme de langage graphique plus accessible.

(suite…)

JE SUIS 54KM/h

L’Agence de communication ELEM NT vient de réaliser l’ADN de la marque SLIDE-R, qui a permis de définir un concept de communication et un territoire graphique pertinents, prêts à être déployés lors de la mise sur le marché en 2017 de ce nouvel objet connecté auprès du grand public.

design-agence-de-communication-element

SLIDE-R, est le premier objet connecté français à destination des surfers et des pratiquants de sports de glisse. Il accompagne les sportifs dans l’évaluation de leur pratique en leur fournissant à l’issue de leur session, les informations liées à leurs performances, mais aussi, et c’est une première, les informations liées à leur environnement naturel.

Impression

Le concept de communication imaginé par l’Agence ELEM NT, repose sur le fait de confondre la mesure enregistrée par le SLIDE-R et l’utilisateur lui-même !

Le surfer n’a pas glissé sur une vague en faisant du 54km/h mais, est 54km/h !

la stratégie de communication mise en place par l’Agence Elem nt, et qui sera rendue visible sur un plan média digital en 2017, présente plusieurs surfers en « non situation » de surfer, chacun se confondant avec sa mesure.

slide-r

Chaque visuel de communication mets l’accent sur une des spécificités de l’objet connecté à la planche.

– » Je suis 320 mètres » 

(mesure de la distance parcourue sur une vague)

-« Nous sommes 35 gr/kg »

(mesure de la salinité de l’eau)

-« Je suis 1,23 secondes »

(mesure du temps passé dans les airs)

-« Je suis 1h50 »

(mesure du temps parcouru à la rame)

3d-design-agenceelement

L’Agence ELEM NT a souhaité porter un intérêt particulier et soigné au design de l’objet, un design qui réponde avant tout à la façon dont l’objet va être manipulé, va être utilisé.

Il est important au préalable d’insister sur ce que l’on entend par « Design ». Avant tout, le design d’un produit ne doit pas se faire aléatoirement, ni sur de seules intentions esthétiques, ni suivre bêtement des courants contemporains. La réflexion design doit aborder précisément l’usage que l’utilisateur fera de l’objet, doit aborder la façon dont l’objet vivra lorsqu’il ne sera pas utilisé, doit aborder les caractéristiques, les contraintes des environnements dans lequel il va être immergé. Sa forme globale, le moindre parti-pris graphique doit répondre logiquement au questionnement qui a permis d’entériner la décision design.

Suite à cette étude liée à la manipulation à proprement dite de l’objet, l’agence de communication Elem nt s’est attachée a effacer ou atténuer toutes traces de technologies, toutes traces mécaniques, toutes traces d’usinage, mais plutôt chercher à aborder les formes et l’aspect surfacique, en dessinant des lignes aléatoires plutôt que des lignes parfaitement circulaires que seules nos machine savent fabriquer.

4

Chercher à ce que la couleur de l’objet se fonde dans l’univers dans lequel il est plongé plutôt qu’être extrêmement visible, chercher à ne pas faire clignoter l’objet telle une boule dans une boite de nuit, mais plutôt veiller à une certaine discrétion, aborder la matière en ne sachant pas avant de l’avoir entre les mains si l’objet sera dur ou bien mou.

En quelque sorte, le projet design de l’agence Elem nt a souhaité se rapprocher de l’organique, de la bio-technologie, que d’offrir une réponse esthétique mécanique.

slide-r-packaging-ferme

slide-r-packaging-objet-connecte

Le support packaging met en scène l’objet SLIDE-R de façon très épurée, juste au dessus d’une accroche qui accentue plus encore ce qui ne se voit pas « L’INVISIBILITÉ AUGMENTÉE« .

slide-r-packaging-ouvert

L’agence ELEM NT a tenu à sortir des sentiers battus en décidant de ne pas réaliser de livret de notice d’utilisation tel qu’on le voit dans n’importe laquelle des boîtes, mais a plutôt privilégier une lecture d’utilisation qui fonctionne comme un storytelling au fur et à mesure que l’on découvre et l’on sort l’objet puis ses accessoires de la boîte.

pack-dos-1

En attendant que ce SLIDE-R ne sorte officiellement; nous en ferons évidemment la promotion ici sur notre blog lorsque la campagne de Crowdfunding sera lancée, faites encore appel à votre perception, votre ressenti, vos sensations avant d’embarquer avec vous cette nouvelle technologie.

Sauvons l’humanité des réalisations moyennes

Stephan Pluchet / Directeur associé Agence de communication Elem nt

Si vous souhaitez être accompagné dans vos démarches de communication physiques et digitales n’hésitez pas à nous contacter.

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

Il y a des projets graphiques qui ne démarrent pas nécessairement d’une page blanche. Ce fut le cas pour ce projet culturel 2016-2107 de la ville de Bègles.

Depuis 3 ans, le service culturel s’est imposé un concept visuel pour installer ses communications de saisons. Une ampoule.

Une ampoule comme seul élément pour affirmer son positionnement d’une culture qui rayonne à 360°. La contrainte qui était alors imposée jusque-là aux créatifs était d’imaginer l’intérieur de cette  ampoule.

Au mois de juin, lorsqu’elle a pris connaissance qu’elle avait été choisie pour réaliser la communication 2016/2017 de cette saison culturelle, l’agence ELEM NT a alors proposé, tout en conservant le concept de l’ampoule, de l’emmener dans un autre contexte. Ne pas nécessairement figer cet objet et en faire la seule attraction visuelle.

Impression

Alors que nous étions invités par Sophie et Philippe dans les locaux de leur service afin de prendre connaissance de la programmation qui allait être déployée, nous avions noté un mot qui avait été lâché lors de cette conversation. Le mot plume. Entre autres choses, cette notion de plumes et de poils semblait aussi être ce fil conducteur invisible qui pouvait relier certains spectacles, pourtant bien différents, entre eux .

Immédiatement, dans ce bureau au 1er  étage de cette maison à Bègles, nous avons eu cette idée presque à l’identique de la façon dont nous allions la traiter un mois plus tard.

Une boîte d’œufs, ouverte, dans laquelle les œufs ont été remplacés par des petites ampoules dont une est brisée pour donner naissance à …

Impression

L’effet storytelling est de courte durée, à peine le temps de retourner l’agenda pour découvrir ce qui a bien pu sortir de cette ampoule. Un poussin rose, un poussin presque en plume de soirée, un poussin punk, un gallinacé saltimbanque qui pose fièrement comme on pose fièrement devant un monument en vacances. Ce poussin deviendrait presque la mascotte officielle de la saison.

img_3870

Une attention a été apportée sur la couverture du support qui rajoute encore un peu plus de vraisemblance au visuel, les ampoules et les morceaux de verres ont subi un vernis brillant sélectif. À  la lumière, tous ces morceaux de verre brillent et donnent un aspect éclatant à l’agenda.

img_3864

Pour la mise en page de l’agenda, l’agence Elem nt souhaitait mettre en avant le délicat travail photographique opéré par le service culturel lui-même et les photographes liés aux événements. Cela se traduit par une mise en page aérée, structurée, de façon à ce que d’une part, l’œil ne cherche pas constamment l’information et d’autre part, que cette même information ne se heurte pas aux visuels d’une page à l’autre .

img_3868

L’agenda culturel de la ville de Bègles réalisé par l’agence ELEM NT existe en deux formats : un format 21×21 qui regroupe la totalité des informations et un format de poche qui donne les informations essentielles.

img_3879

(Selfie au Darwin Écosystème Bordeaux / Stephan Pluchet – Art director

Agence de création ELEM NT)

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

empty-spaces-logo

Chez ELEM NT, en tant qu’agence conseil en communication, nous observons ce qui se fait autour de nous avec acuité, nous posons sans cesse une réflexion sur la qualité des médias qui nous entourent et que les entreprises produisent.

Ces derniers temps, quelque chose est devenu une évidence : la plupart des médias et des supports que nous observons et que nous parcourons, possèdent un habillage quelque peu soigné, sans dire non plus qu’ils soient extrêmement contemporains, non, juste soignés, mais ne possèdent que cela.

Des « www » sur lesquels cliquer mène à des coquilles high-tech complètement vides de fond, vertigineusement vides de sens, un peu à l’image d’une voiture neuve qui posséderait l’électronique embarquée de dernière génération, mais qui n’aurait pas de moteur pour nous transporter. Ce serait quand même la fonction première de cette voiture que de rouler, non ? Ce serait aussi son utilité que celle de nous transporter d’un point à un autre, non ?

Pictures circling around Pacific Islander woman's head
Pictures circling around Pacific Islander woman’s head

À quoi sert donc un média dont le contenu informatif est inexistant, à part faire semblant d’exister…?

Est-ce qu’une entreprise dans la mise en place de sa communication fait semblant d’exister ? Est-ce une posture ? Produit-elle les mêmes outils que ses concurrents directs seulement pour remplir un espace libre dans son plan de comm’ ? Pour toute ces questions, il est peu probable d’imaginer de sa part un acte délibéré et suicidaire. Alors, qu’est-ce qui motive nombre d’entres-elles à posséder une communication pour n’exister que dans l’immobilité ?

immobile

En fait, il faut aller en chercher les raisons non pas uniquement dans ce qui a motivé ces entreprises à ignorer la réflexion, à ce qui a fait qu’elles passent à côté de leur positionnement, qu’elles ne structurent ni ne professionnalisent leur communication ou encore ne bâtissent leur univers de marque ; une des raisons se trouve dans la disponibilité des applications qui permettent de « faire soi-même », le soi-disant SELFMADE, et la façon que ces entreprises ont de les utiliser et surtout de s’en contenter.

Une autre raison réside aussi dans des solutions digitales à bas coût proposées par des prestataires du Web qui laissent à penser aux entreprises que cette économie de production n’aura pas eu d’autre impact que celui d’avoir assaini le financement de leur projet.

Sont alors produites des coquilles Web en parfait état de marche, dans lesquelles s’opère un remplissage aveugle de la part de l’annonceur, exactement comme on remplirait le tambour de sa machine à laver. Le site ne se préoccupe pas de ce que vous êtes censé venir chercher, ne se préoccupe pas de vous guider et, par conséquent, de savoir si vous avez le temps de trouver votre information parmi d’autres, ne se préoccupe pas de l’information très allégée qu’il vous livre, clic après clic, tel un yogourt 0 % et, dans un monologue ininterrompu, ne se préoccupe pas de la pauvreté du contenu qui s’affiche, des images vides de sens qui ne servent qu’à rythmer des colonnes de texte.

disparait

Première conséquence de cela, un mot, pourtant extrêmement essentiel, disparaît dans la façon dont les entreprises souhaitent travailler avec leur Agence Conseil en Communication : le mot « Conseil« , si tant est de penser que le mot « Communication » qui reste a encore du sens s’il n’est plus porté par son expertise conseil. Reste alors le mot « Agence », dans lequel on met l’espoir que l’évocation de son nom et son rayonnement suffiront.

Des entreprises ne font plus appel à l’Agence Conseil en Communication que simplement pour mettre en forme leur communication, l’utiliser pour ses seules capacités à savoir manier rapidement les applications, à générer des effets, des calques. Le reste, elles s’en chargent.

Seconde conséquence, la plus redoutable pour affaiblir sa communication d’entreprise :  ne pas faire appel à une Agence Conseil en Communication. Les mots : agence, conseil et communication, devenus « substituables », sont remplacés par les compétences d’une seule personne à qui on voue la qualité et sa confiance à devenir subitement agence Web et en imaginant que la communication se réglera parce qu’elle aura réalisé quelques outils.

images

Pour comprendre ce nouveau schéma de pensée, comprendre pourquoi on n’accorde plus assez de temps ni d’importance à la réflexion à mener, à l’étude préalable, à cette expertise chère aux agences de communication de savoir démonter une problématique et savoir la solutionner, il faut comprendre la réalité dans laquelle nous vivons, une réalité où l’image est omniprésente, une réalité où l’image remplace tout ; notre mémoire n’a jamais autant enregistré, autant stocké d’images que ces dernières années ; l’image monopolise à elle seule le marché de l’information et face à elle, la pensée a bien du mal à s’imposer.

Après-coup, des entreprises nous sollicitent aujourd’hui afin que nous les aidions à comprendre pourquoi, après avoir accumulé des supports, créé des médias, entrepris de bâtir leur plan de communication seules, cela ne fonctionne pas.  Notre réponse est trop souvent la même, il n’y a pas de communication.

Après-coup, des entreprises nous demandent de les aider à résoudre de nombreuses problématiques telles que faire en sorte que leurs médias soient visités, que le taux de rebond très important de gens qui rentrent et qui ressortent presque immédiatement régresse significativement ; elles pensent qu’en revoyant simplement l’ergonomie de leur site, en corrigeant le parcours d’utilisation, en rendant l’information plus visible qu’elle ne l’est déjà, en intégrant une technologie vue ailleurs, en assouplissant le développement, nous pouvons résoudre leurs problèmes de communication.

Dans 95 % des cas, la mauvaise santé des supports sur lesquels on nous demande de nous pencher est due à une seule chose : l’absence d’intérêt.

Sauvons l’humanité des réalisations moyennes / Stephan Pluchet /Art Director / Agence ELEM NT

contact@agenceelement.com / Tél.: 0660279167

Sur son compte de réseau social Instagram, l’agence de création ELEM NT a eu l’idée d’utiliser la mosaïque que l’application affiche, c’est-à-dire les photographies posées, faire une simple capture écran des 9 dernières (un carré de 9 images), toutes prises dans des endroits différents à différents moments, et d’inventer une narration, tenter de raconter des nouvelles qui uniraient ces images ensemble…

INSTAGRAMSTORY 01/

13130056_1094998260556540_999185165_n(1)

01/ Je regardais attentivement l’immeuble en face de moi et me demandais si la dispersion des lettres sur sa façade n’était pas la conséquence d’une ancienne secousse sismique. Je suis resté longtemps comme ça, la tête levée,  jusqu’à ce qu’un couple m’accoste et me demande de les photographier. Après avoir fait cette photo d’eux enlacés, je lui ai demandé à lui si je pouvais poser seul à côté de sa femme et faire un 02/ selfiesmoothie. Il n’a pas compris et je nous ai tout de même photographiés. Avant de me quitter, ils m’ont demandé de leur conseiller un endroit chaleureux dans le quartier. Je n’ai pas su  leur indiquer simplement comment y aller alors, 03/ je les ai accompagnés. Nous sommes arrivés dans un lieu qui servait plus de 400 variétés de cafés. Ils m’ont gentiment  proposé de rester avec eux. Nous avons parlé des différents cafés que nous avions aimés ou détestés des pays dans lesquels nous avions voyagé . 04/ Ils ont mis 25 minutes à choisir le bon arôme et 25 secondes à le déguster. 26 secondes plus tard, ils prenaient 05/ l’ascenseur pour se diriger vers la terrasse panoramique en pensant qu’elle était ouverte. Ils n’ont pu s’arrêter qu’au 1er étage et la seule vue bouleversante qui s’offrait à eux n’était que 06/ le haut d’un lampadaire. Après les avoir quittés, je suis rentré à l’hôtel, j’ai observé depuis ma fenêtre 07/ les gens qui marchaient, puis, vers 17 h, je me suis enfin dirigé vers l’aéroport pour aller 08/ la chercher. Dans le bus qui nous ramenait, elle m’a montré 09/ la seule photo qu’elle avait prise depuis le hublot de l’avion. (suite…)

L’Agence ELEM NT continue à dévoiler façon storytelling sa nouvelle communication 2016 !

AAEAAQAAAAAAAAP2AAAAJGYyNGFmNjlkLWYzMmUtNGRiMi1hNGM5LTViYzRhNDE2MjA4NQ

Pour ELEM NT, c’en est fini des cartes de visites en papier, en carton, en plastique, c’en est fini des cartes de visite tout court.

Non seulement il n’y a plus assez de place pour y loger toutes les informations de contacts que nous possédons, ni l’ensemble de nos expertises, mais il nous paraît aussi inenvisageable d’être écrasé dans un porte cartes et rangé, car, qui dit rangé, dit souvent oublié…

AAEAAQAAAAAAAATDAAAAJGIwZjU0YjNhLTU3YjUtNDdmNi1hYjU2LTA5ODk1Y2FiYzRkMA

L’Agence ELEM NT a fait sérigraphier à son nom 500 premières boîtes en aluminium dans lesquelles, une fois ouvertes, un accordéon carré, petit format, dévoile la nouvelle accroche de l’agence « SAUVONS L’HUMANITÉ DES RÉALISATIONS MOYENNES » mais en explique aussi le sens avec dérision.

boite de visite 2

À l’heure où tous les supports de communication se dématérialisent aussi vite que les icebergs, ELEM NT souhaite mettre un peu plus de consistance dans ses outils.

Être visible avant d’être lisible. Toute communication passe avant tout par ce précepte-là. ELEM NT ne souhaite pas que l’on se rappelle d’elle ou que l’on fasse appel à elle quand il est déjà trop tard, mais bien être dans cet accompagnement et ce conseil constants.

Cette boîte de visite devra être posée sur la surface d’un bureau, au milieu de dossiers, de priorités, être le témoin silencieux de multiples rendez-vous et puis, chaque jour… être visible.

Si vous souhaitez être accompagnés dans vos démarches, vos problématiques de communication, physiques et digitales, ou simplement sur la refonte de vos outils ou logos, n’hésitez pas à nous contacter. contact@agenceelement.com ou au 0660279167.